« Les vêtements semblent une chose si naturelle que nous en attribuons volontiers l’invention aux premiers hommes qui parurent sur la terre ; mais c’est là un préjugé, comme tout ce que nous avons dans l’esprit au sujet de nos origines. Tant de peuplades sauvages qui vont encore toutes nues dans des pays exposés aux grands froids ( la Terre de Feu, par exemple) sont la preuve qu’on n’est pas arrivé si vite à la conception des habits. Les peaux de bêtes employées d’abord à cet usage, ne peuvent être assouplies que par un travail, qui ne se présentait point à l’esprit du premier coup, et pour confectionner des tissus, il fallait encore plus d’industrie.

On risque moins de se tromper  en affirmant que le goût de la toilette a précédé les habits. Se teindre la peau avec les sucs des plantes, ou les couleurs minérales, faire de son corps un tableau couvert de figures, arranger ses cheveux,  mettre sur soi en pendeloque une infinité de petits objets qui brillent de loin et luisent quand on marche, sont des agréments auxquels nulle race d’hommes, si primitive qu’elle soit, n’a été trouvée jusqu’ici étrangère.  On a eu la passion des quolifichets avant de sentir le besoin de l’indispensable, tant a eu raison celui qui a dit que le superflu est ici bas la chose la plus nécessaire. »

 

Une belle pépite !  Une œuvre de Jules-Etienne Quicherat ( 1814-1882), numérisée par l’Université de Bordeaux-Montaigne que je vous partage ici.

 

image1Casques et bouclier celtiques

image2Costume du VII eme siècle

image3Costume carolingien

image4Tunique du 10 eme siècle

image5Costumes du 11eme siècle

image6Bliaud du XI eme siècle

image7

image8Costume masculin XIV eme siècle

image9Costume féminin XIVeme siècle

image10Costumes masculins du XV eme siècle