25 novembre 885

Les Vikings débutent le siège de Paris, il durera près de 18 mois.

Depuis 799, l’Empire franc est régulièrement pris d’assaut par des hommes venus de Norvège et du Danemark : les Vikings.

Ils se livreront pendant plus d’un siècle à des attaques et des pillages en France, en remontant les fleuves et en établissant des campements à leurs embouchures.

À cet égard, Paris fait l’objet de plusieurs sièges au cours du 9ème siècle : en 845, en 856 et en 861.

Au sein de l’Empire carolingien, Paris reste une ville secondaire mais son emplacement est stratégique car elle est la dernière place forte sur la Seine avant l’accès à la Bourgogne et à ses richesses convoitées par les Vikings.

Alors que les Vikings ont quitté la Somme pour l’Angleterre en 884 contre le paiement d’une forte somme d’argent, ils projettent un nouveau pillage en France dès l’année suivante.

Ils s’emparent de Rouen le 5 juillet et constituent une armée de 700 navires composée de plus de 30.000 hommes.

De Rouen, la flotte normande remonte la Seine.

Après que la forteresse de Pontoise ait été évacuée, les Vikings se présentent aux portes de Paris le 24 novembre 885.

Le 25 novembre, le chef viking Siegfried demande à parler aux représentants de la ville.

L’évêque Gozlin le reçoit.

Siegfried lui demande alors de laisser sa flotte poursuivre sa route vers la Bourgogne, en échange de quoi il assure que Paris sera épargnée.

La proposition de Siegfried est rejetée par Gozlin, les Vikings débutent alors le siège de la ville. Il durera plus d’un an et demie et s’achèvera en mai 887.

Grâce à la détermination de l’évêque Gozlin et de Eudes, comte de Paris, les Vikings ne parviennent pas à briser la résistance des Francs.

Mais le siège s’inscrit dans la durée et commence à affaiblir la ville.

L’évêque Gozlin meurt le 16 avril 886 en raison d’une épidémie qui sévit dans la ville.

Le comte Eudes quitte alors discrètement Paris pour chercher de l’aide auprès de l’Empereur Charles le Gros.

Ce dernier est alors de retour d’Italie et projette de marcher contre les Normands dès le mois d’août 886.

Mais Charles le Gros n’ose pas affronter militairement les Vikings et préfère négocier avec eux un traité, lequel sera conclu en novembre 886.

Au terme de ce traité, les Vikings sont autorisés à piller la Bourgogne et se voient promettre un tribut de 700 livres d’argent payable en 887, au moment de leur retraite définitive de Paris.

Ce traité de paix est mal perçu par les Francs qui auraient préféré l’option militaire à l’option diplomatique contre les Vikings.

Cet acte contribue à discréditer la dynastie carolingienne en France occidentale.

Les Vikings quittent Paris en mai 887 mais poursuivent leur pillage le long de leur route.

L’Empereur Charles le Gros est alors déposé en décembre 887.

Eudes, dont le courage est révélé au cours du siège de Paris, est élu en 888 roi de la France occidentale au détriment du carolingien Charles le Simple.

Charles le Simple succédera malgré tout à Eudes après la mort de ce dernier en 898.

C’est la lente mais inexorable émergence de la dynastie robertienne puis capétienne qui émancipera la France de l’Empire.

Afin de contenir les Normands, Charles le Simple concède à Rollon, chef viking, la gouvernance des territoires de la Basse-Seine en 911.

En échange de cette concession territoriale, les Normands doivent cesser leur pillage et s’engagent à défendre l’embouchure de la Seine au nom du roi des Francs.

C’est la naissance du duché de Normandie.

Convertis au christianisme et francisés par les mariages mixtes, les Vikings deviendront les vassaux des Francs jusqu’en 1469, date de suppression du duché par Louis XI.

 

Source : https://www.facebook.com/histoiresdefrance2.0/